A fond les ballons, ou tranquille mimile !

bluz

Les gémissements d'un amoureux éconduit ?
Un cœur qui bat, hoquetant le long d'une grève ferroviaire ?
Le popotin arrogant d'une belle sous le nez camus d'un aveugle alcoolo ?
Un finger picking sur douze mesures mal gaulées ?
Le blues, un club fermé ?

Tant de courants, de raisons, d'individualités pour qu'il en soit comme ça.
Et autrement.
Si la condition humaine génère immuablement misère et souffrance, l'âme blues expurge, festoie,
oublie, sourit, pleure et reprend sa route intérieure.

Je suis Bordelais de naissance, Parisien d’enfance et d’adolescence, Grenoblois d’études de communication et, depuis 1988, Croix-Roussien (Lyon) de cœur.
Mort de rire, aussi.
Ça me va.
Mais il fallait bousculer tout ça.
Jadis les cheveux roux, et des bâtons dedans.
Professionnel de la musique depuis 2011, désormais, la voie est lisse !

Il y eut naguère, aux Etats-Unis, de formidables pionniers, puis, au fil des époques, des passeurs tous plus étonnants les uns que les autres.
Et aujourd'hui encore.
Mais on oublie qu'en France, des musiciens comme Benoît Blue Boy (le véritable précurseur), Bill Deraime, Patrick Verbecke, Paul Personne ont osé sculpter cette musique dans notre langue.

Ainsi tracé-je ma route, dans leur sillon, en dérapant, rebondissant, à fond les ballons ou tranquille mimile.
Puisse mon blues vous décoller (toujours plus) les oreilles !
Zumicalement vôtre…


Image 1 Image 2